samedi 31 octobre 2009

Plus on est grand, plus on est ...

J'ai eu une longue période de doute relative au titre de cet article. J'ai hésité entre : illusions perdues, trop dur pour toi, c'est encore loin l'arrivée ?, mais qu'est-ce que je f... là ?, avance un peu fainéant !, c'est comme ça que tu comptes mettre 3h au marathon ?, ah, c'qu'on s'rait mieux dans son lit, si t'as pas de tête essaie d'avoir des jambes, no future for old men ... et j'ai finalement opté pour le côté plus intellectuel que physique de plus on est grand, plus on est c.. !

Comme ça, au lieu, de jeter la pierre à mes capacités biomécaniques intrinsèques, pierre qui aurait étouffé dans l'oeuf toute velléité ambitieuse de performance dans un avenir proche, je la jette à la face de mon cerveau, ce çà qui s'est, une fois de plus, une fois de trop, trompé sur le choix ... du terrain d'entraînement.

Car on n'a pas idée de vouloir faire des 7 x 800m à 16km/h sur des montagnes russes. Oui, je prépare les 8 km de Garches, oui ils sont vallonnés, oui je vise un temps canon mais non, ce n'est pas malin d'essayer de penser que je pourrais être potentiellement capable de courir 7 fois à 16 km/h dans une montée de 600 m à 7%.

Et je le savais pourtant puisque je m'étais déjà fait la même remarque lors de ma séance de 100m VMA ... Il faut croire que l'expérience ne m'est pas profitable. Sans doute suis-je une exception à la règle du "courir rend plus intelligent" (revue ZATOPEK N°12) ?

3 commentaires:

  1. @Stef : lol ... Il faut se donner les moyens de ses ambitions à condition d'en avoir ... des moyens j'entends.

    RépondreSupprimer

Allez-y ! Lâchez-vous ! Promis, je ne frappe pas :-)