lundi 24 août 2009

Petites misères

J'aurais pu ajouter au titre de cet article "pour un authentique exploit" mais cela aurait sans doute été un peu pompeux et présomptueux et puis 41 minutes 37 secondes pour un 10 km, à mon niveau, ce n'est certes pas mal mais dans l'absolu ... Bref, comme vous l'avez compris, je vais revenir en détail sur ma Ronde des Fleurs de Luchon (20 août), plus exactement sur les trois semaines - de vacances - qui l'ont précédée.

Avant de partir début août, je concevais déjà pas mal de doutes : quelle idée stupide de s'inscrire à un 10 km pendant ses vacances, quelle idée encore plus stupide de le préparer sérieusement (mon fameux 305 bis) et last but not least, l'interrogation métaphysique avec un i majuscule : le plan typé 5 / 10 k était-il vraiment adapté à un 10 km ? Bref, pas mal de noeuds au cerveau.

Et puis pendant trois semaines, j'ai littéralement ramé : pas de jambe, pas de jambe, pas de jambe. J'ai poursuivi consciencieusement le plan, que ce soit au Pays Basque ou dans les Pyrénées mais j'avais l'impression de me traîner comme un vieux pachyderme cacochyme : difficultés de mise en route, incapacité à accélérer, grosse fatigue après chaque sortie ... bref, ce n'était pas la joie.

Ajoutons à cela, 5 heures de rando par jour en moyenne, y compris le matin de la course, quelques ascensions de col Pyrénéens en vélo de temps à autre pour varier les plaisirs (Peyresourdre, Aspin, Balès ...), une grosse chute dans la descente du col du Portillon - heureusement uniquement à plaies, à bosses et à bleus mais sans fracture - qui m'a laissé un côté gauche bien douloureux (encore aujourd'hui) et évidemment toujours un peu de prépa physique quotidienne. Bref, je ne m'attendais pas à grand chose côté perfos en prenant le départ.

Et puis mystérieusement - serait-ce l'effet compétition ? - jeudi, dès l'échauffement, vers 19h, j'ai retrouvé toutes ces sensations oubliées pendant ces trois semaines. Sensations que j'ai conservées en course où j'ai réussi à tourner hyper régulièrement à 4'05 - 4'10 au kilomètre. Serais-je donc un winner ? l'Homme des grands rendez-vous ? :-)

Oh ! J'ai oublié une misère - qui en fait n'en fut pas une, bien au contraire - j'ai changé de chaussures début août. Je ne vous en dis pas plus car j'en parle aujourd'hui sur Wanarun.

3 commentaires:

  1. Salut Fred
    tu es dur avec toi même,pour moi,tu as réalisé une super perf !!!! 4.05 au kilo,me laisse rêveur...
    en tout cas bravo !!! M'sieur
    juste une question,le fait de ne pas avoir de jambes,ne serait tout bonnement normal ? en fait dur pendant la prepa,pour être affuté le jour J ?

    RépondreSupprimer
  2. Je pense que tu as raison mais avoue qu'au fur et à mesure de la prépa tu t'inquiètes surtout que tu as l'impression de ne pas avancer ...

    RépondreSupprimer

Allez-y ! Lâchez-vous ! Promis, je ne frappe pas :-)